AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les différents genre de roman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:35

< ROMAN_ANTICIPATION : Le roman d’anticipation (le terme de « science-fiction » n’apparaîtra qu’en 1926) naît de la rencontre entre les traditions du voyage imaginaire, de l’utopie et des romans d’aventures. Publié en 1865, De la Terre à la Lune de Jules Verne apparaît comme un nouveau type de récit dans lequel la science est le centre véritable du récit, car l’auteur y montre les conséquences psychologiques et surtout sociales du changement. Toute la fin du XIXe siècle oscille entre deux pôles : le progrès comme simple source d’inventions plus ou moins fabuleuses (les Voyages excentriques (1894-1914) de Paul d'Ivoi ou encore les machines rêvées qui hantent le Journal des Voyages) et les récits à visée didactique (Uranie de Camille Flammarion en 1889, les découvertes stellaires du héros de Le Faure et Graffigny) ou spéculative (le Vingtième siècle d’Albert Robida en 1884). La Belle Époque est le point d’orgue de l’anticipation française. Presque tous les grands thèmes sont abordés : extra-terrestres (le Péril bleu de Maurice Renard en 1912 et la Roue fulgurante de Jean de La Hire en 1908), voyages interstellaires (les Prisonniers de la planète Mars de Gustave Le Rouge en 1908), guerre future : le capitaine Danrit produit à la chaîne d’immenses succès reposant sur la peur de l’autre et la supériorité française, catastrophes (la Mort de la Terre de Rosny ainé en 1910), savant fou (le Docteur Lerne de Renard en 1908). Le roman d'anticipation ne connaît pas que l'utopie : le Meilleur des mondes et 1984 sont des exemples célèbres de dystopies. La Grande Guerre démontre que la science peut aussi être destructrice et porte un coup fatal à la science-fiction à la française. Malgré quelques tentatives dans l’entre-deux-guerres, il faut attendre les années 1950 pour voir resurgir significativement ce genre dans la littérature française.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:36

< ROMAN_APPRENTISSAGE : Le roman d'apprentissage, appelé aussi roman de formation ou roman d’éducation, est un genre littéraire romanesque né en Allemagne au 18ème siècle (à ne pas confondre avec le roman de jeunesse). Il s'oppose cependant à la fonction première du romanesque qui est de nous transporter dans un monde de rêve et d'évasion. On parle ainsi de « roman initiatique » ou de « conte initiatique ». En allemand, le roman de formation est nommé « Bildungsroman ». Ce terme est dû au philologue allemand Johann Carl Simon Morgenstern, qui voyait dans le Bildungsroman « l'essence du roman par opposition au récit épique ». Un roman d'apprentissage a pour thème le cheminement évolutif d'un héros, souvent jeune, jusqu'à ce qu'il atteigne l'idéal de l'homme accompli et cultivé. Le héros découvre en général un domaine particulier dans lequel il fait ses armes. Mais en réalité, c'est une conception de la vie en elle-même qu'il se forge progressivement. En effet, derrière l'apprentissage d'un domaine, le jeune héros découvre les grands événements de l'existence (la mort, l'amour, la haine, l'altérité, pour prendre quelques exemples). Ainsi, dans L'Éducation sentimentale (Flaubert, 1869), le jeune Frédéric connaît les premiers émois de l'amour : et réfléchissant sur les sentiments qu'il porte à Mme Arnoux, Frédéric se construit une idée de l'existence. Le roman d'apprentissage est un roman qui décrit la maturation du héros. Il part naïf, crédule et traverse des obstacles ou épreuves, afin de mûrir et d'en tirer une leçon. Un roman d'apprentissage traite de la « confrontation d'un personnage central avec différents domaines du monde ». Le personnage central, le héros, suit une évolution déterminée par son rapport aux différents domaines du monde auxquels il est confronté. Le récit présente généralement la jeunesse du héros et le temps du récit s'étend sur plusieurs années, et parfois même sur plusieurs décennies. Le roman d'apprentissage présente ainsi certaines caractéristiques typiques de la biographie et de l'autobiographie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:36

< ROMAN_CHEVALERIE : Un roman de chevalerie est une œuvre romanesque, le plus souvent en prose, inspirée ou adaptée des romans courtois et des chansons de geste en vers des XIe et XIIIe siècles. Les premiers romans de chevalerie ont été Lancelot ou le Chevalier de la charrette et Yvain ou le Chevalier au lion, tous deux de Chrétien de Troyes, au 12ème siècle. Le genre littéraire a bénéficié d’une grande popularité au 16ème siècle en Italie avec La Jérusalem délivrée de Le Tasse, ainsi qu'en Espagne et au Portugal. Le dernier livre du genre est peut-être Policisne de Boecia, publié en 1602, cependant beaucoup furent réédités pendant le 17ème siècle. Le genre littéraire a été pour Miguel de Cervantes l’objet d'une parodie dans Don Quichotte, au début du 17ème siècle. Le roman de chevalerie a eu un regain de faveur au XVIIIe siècle, en particulier en France avec les adaptations du Comte de Tressan, intitulées Extraits de romans de chevalerie. Ces romans, très en faveur aussi en Angleterre, ont inspiré le Romantisme auquel ils ont donné son nom. Il est aussi à l'origine de la mode du Néo-gothique et du style troubadour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:36

< ROMAN_AUTOBIOGRAPHIQUE : Le roman autobiographique est un genre littéraire issu de l'autobiographie, ainsi que du roman-mémoires. C'est un personnage fictif qui entreprend le récit de sa vie à la première personne du singulier, et non directement l'auteur comme dans l'autobiographie. Il est cependant assez fortement inspiré par la vie de l'auteur. Balzac, par exemple, s’est représenté dans plusieurs personnages de ses romans, sans que l’on puisse affirmer qu’il ait eu une intention biographique. Roald Dahl, par contre, dans Moi, Boy, puis Escadrille 80, a fait de sa jeunesse un roman, tout comme Hervé Bazin dans Vipère au poing. L’autobiographie n’a pas de style particulier ; elle peut adopter une narration en « je » ou en « il », une grande distance ou au contraire une fusion étroite avec le personnage de l’auteur. Toutefois une constante du genre, à la différence du roman-mémoires, est l’identité de l’auteur et du narrateur. La romance peut être forte, au point que certains auteurs réinventeront plus ou moins l’autobiographie, ou presque absente, cherchant à retranscrire le souvenir plutôt qu’un récit particulièrement empli d’action. De même, les périodes que l’auteur abordera peuvent être étendues ou courtes, concerner son enfance ou son âge adulte. Un journal comme celui de Kirk Hammett est un type particulier d’autobiographie, plus éloigné du roman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:36

< ROMAN_CHEVALERESQUE : Bien que l'on confonde parfois roman chevaleresque et roman de chevalerie, ainsi que le fait Cervantès lui-même au chapitre six de la première partie de son Don Quichotte, il existe une différence entre ces deux genres, différence soulignée par le spécialiste espagnol Martí de Riquer : le roman chevaleresque renvoie à un monde possible, et parfois réel lorsqu'il s'agit de biographies de chevaliers qui appartiennent à l'histoire. Les romans de chevalerie, par contre, regorgent de géants, de dragons, de magiciens et de magiciennes, d'onguents et autres éléments invraisemblables tirés de l'imagination des hommes, comme Érec et Énide, où l'on trouve un géant et autres fantaisies invraisemblables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:37

< ROMAN_NOUVEAU : Le Nouveau roman est un mouvement littéraire des années 1953-1970[réf. nécessaire](du XX eme Siecle), regroupant quelques écrivains appartenant principalement aux Éditions de Minuit. Le terme fut créé, avec un sens négatif, par le critique Émile Henriot dans un article du journal Le Monde du 22 mai 1957, pour critiquer le roman la Jalousie, d'Alain Robbe-Grillet. Le terme sera exploité à la fois par des revues littéraires désireuses de créer de l'actualité ainsi que par Alain Robbe-Grillet qui souhaitait promouvoir les auteurs qu'il réunissait autour de lui, aux Éditions de Minuit, où il était conseiller éditorial. Il précède de peu la Nouvelle Vague qui naît en octobre de la même année.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:37

< ROMAN_FLEUVE : Le terme roman-fleuve apparaît avec Jean-Christophe, l'œuvre de Romain Rolland, qui constitue d'ailleurs le premier véritable roman-fleuve. Communément, il s'agit d'un vaste roman en plusieurs tomes (souvent plus d'une dizaine). Ils forment un tout, on retrouve en effet les mêmes personnages d'un tome à l'autre, mais peuvent néanmoins se lire séparément. Ils constituent souvent la fresque d'une famille bourgeoise sur un fond d'histoire contemporaine. Ce sont les années 1930 qui marquent, par la suite, la faveur du roman-fleuve en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:37

< ROMAN_LIBERTIN : Le roman libertin est un genre littéraire du 18ème siècle. Ce genre prend ses racines dans la tradition libertine européenne, d’abord dans l’Antiquité gréco-romaine avec Sapho, Aristophane, puis Ovide, Catulle, et chez les Italiens avec l’Arétin et Baffo, et ensuite en France. Elle s’est continuée jusqu’à nos jours. Essentiellement anticléricaux, érotiques, les romans libertins attaquaient l’ordre établi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:37

< ROMAN_GREC : Le roman grec est un genre littéraire apparu au Ier siècle ap. J.-C.. Il est parfois appelé, à tort, « roman byzantin ». Cet usage est abusif, car le roman grec s’est développé dans le monde hellénistique, bien avant la création de l’empire byzantin en 395. Il est également anachronique d’appeler « roman » un genre qui en grec ne porte pas de nom spécifique. Le terme de « roman » naît en effet au Moyen Âge de l'opposition entre écrits de langue romane et de langue latine. Dans l’Antiquité, les œuvres étaient qualifiées tantôt de « drame », de « fiction » ou plus simplement de « récit ». Des recherches, notamment celles de Graham Anderson, ont montré que les romans grecs, « loin d’être un produit de la seconde sophistique (c’est-à-dire de l’époque hellénistique et romaine de la littérature grecque) sont en fait le traitement par les Grecs de l’un des stocks d’histoires et de récits les plus anciens du bassin oriental de la Méditerranée. » Il existe ainsi des correspondances notables entre Daphnis et Chloé et un conte sumérien, « le rêve de Doumouzi » (sous sa forme babylonienne : « Tammuz »). Par exemple, la scène où Daphnis essaie d’apprendre l’amour à Chloé en lui faisant observer les animaux est déjà dans le rêve de Doumouzi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:38

< ROMAN_CLEF : Le roman à clef est un sous-genre romanesque dans lequel certains personnages ou la totalité de ceux-ci représentent, de façon plus ou moins explicite, une personne réelle. Sous le couvert de la fiction, l'auteur adresse en écrit en réalité une histoire vraie, souvent pour éviter la diffamation, pour faire une satire, ou pour des raisons autobiographiques. La clef de l'histoire, qui fait comprendre au lecteur qu'il s'agit d'une histoire vraie, est habituellement une personnalité publique reconnue, plus particulièrement un homme politique ou une personne ayant une influence majeure sur un groupe, qu'il s'agisse de politique, d'affaires, de show-business, etc. Utilisé dès l’Antiquité, pour tenter d'éviter la censure, il est présent aussi au Moyen Age. On peut citer comme exemple notoire de l'histoire de la littérature moderne les romans de Madeleine de Scudéry. Le personnage principal d'un de ses romans, « Sapho », s'en prend violemment au mariage (Sapho était le surnom qu'on avait attribué à Madeleine de Scudéry dans les salons parisiens). On remarque son utilisation chez François Villon, dans la Ballade des Pendus, chez François Rabelais dans Gargantua et Pantagruel, et aussi chez Fénelon et son roman Les Aventures de Télémaque, livre de lecture destiné au petit-fils de Louis XIV. Ce dernier est représenté sous les traits d’Ulysse et son petit-fils sous les traits de Télémaque. Le procédé a ensuite été utilisé au théâtre (dans Le roi s'amuse de Victor Hugo) et au cinéma (dans Le Dictateur de Charles Chaplin). Le roman à clef touche personnellement un ou plusieurs individus, leur prêtant des actions, des propos, des comportements, entourés d'un parfum de scandale qui contribue généralement au succès de l'ouvrage. Ce genre sulfureux permet en effet, en s'abritant derrière le paravent transparent d'une fiction, de régler des comptes tout en s'épargnant d'éventuelles suites judiciaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:38

< ROMAN_MICRONOUVELLE : La micronouvelle (parfois aussi appelée microroman) est un récit imaginaire, suggestif, parfois caustique, rédigé en un nombre extrêmement restreint de mots. C'est la forme la plus concise de récit littéraire prosaïque, parfois proche du poème par le rythme qu'il imprime. Elle est connue dans les littératures anglaise et hispanique sous les locutions micro-fiction, short-short story et microconte. La rédaction d'une micronouvelle est un art qui dispose de ses caractéristiques propres, totalement différentes de celles qui régissent la rédaction d'une nouvelle et même d'une nouvelle brève. En effet, dans une micronouvelle, l'histoire et les personnages, imaginaires, contrairement à d'autres formes de fragments, sont suggérés ou simplement croqués d'un trait plutôt que décrits. Parfois proche de l'aphorisme, souvent incisive, la micronouvelle aime jouer sur les mots, détourner les expressions courantes et faire appel à la culture générale du lecteur. Elle est particulièrement bien adaptée à l'humour noir. La micronouvelle guide l'imagination du lecteur de façon à ce qu'il puisse lui-même retrouver les différents composants du récit. La défense de la micronouvelle comme genre à part entière a déjà été prise, aux États-Unis notamment, par des critiques littéraires comme Mary Louise Pratt et Gitte Mose. En France, par la revue interuniversitaire French Fixxion et, en particulier, par le Pr. Irène Langlet. Le terme micronouvelle est parfois employé, dans un sens large, comme synonyme de nouvelle brève, ce qui peut être source de confusion. Dans ce cas, il désigne un texte qui revêt les caractéristiques de la nouvelle et non pas celles qui lui sont propres et qui sont évoquées ci-dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:39

< ROMAN_NOUVELLE : Une nouvelle est un récit court. À l'origine de la longueur d'un paragraphe, il pouvait de ce fait être publié aussi bien dans les journaux qu'en recueil. Apparu à la fin du Moyen Age, ce genre littéraire était alors proche du roman et d'inspiration réaliste, se distinguant peu du conte. À partir du 19ème siècle, les auteurs ont progressivement développé d'autres possibilités du genre, en s'appuyant sur la concentration de l'histoire pour renforcer l'effet de celle-ci sur le lecteur, par exemple par un dénouement surprenant. Les thèmes se sont également élargis : la nouvelle est devenue une forme privilégiée de la littérature fantastique, policière, et de science-fiction. L'influence d'Edgar Poe sur le genre est à cet égard primordiale. Dans les pays anglo-saxons (et aux États-Unis en particulier), on considère que la nouvelle peut se classifier en trois catégories suivant sa longueur. L'organisation Science-Fiction and Fantasy Writers of America en a donné une définition : l'histoire courte (short story) compte moins de 7 500 mots, la novelette comprend les histoires entre 7 500 et 17 499 mots, et la novella, presque un roman, comprend les histoires entre 17 500 et 40 000 mots. La micronouvelle, récit suggestif souvent caustique caractérisé par une brièveté extrême (moins de 300 signes), est, quant à elle, de plus en plus considérée par les critiques littéraires comme un genre à part entière. Une nouvelle possède plusieurs caractéristiques qui poussent à sa brièveté. Contrairement au roman, elle est centrée sur un seul événement : les personnages sont peu nombreux et sont moins développés que dans le roman. La fin est souvent inattendue, et prend la forme d'une « chute » parfois longue de quelques lignes seulement. L’on distingue deux sortes de nouvelles : réaliste et fantastique. Il y a énormément de concours de nouvelle car c'est le genre le plus rapide en général à écrire et à lire. Souvent, ces nouvelles font entre 4 et 50 pages. Les principaux prix littéraire sont le prix Goncourt de la nouvelle, le prix Boccace, le Prix Védrarias. Les prix littéraire pour mineurs sont principalement le prix Clara (par les éditions Héloïse d'Ormesson) et le prix Védrarias (par la ville de Verrières-le-Buisson).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:39

< ROMAN_CONTE : Le mot conte désigne à la fois un récit de faits ou d'aventures imaginaires[1] et le genre littéraire (avant tout oral) qui englobe ces dits-récits. Le conte, en tant qu'histoire, peut être court ou long. Conçu pour distraire comme pour édifier, il porte en lui une force émotionnelle ou philosophique puissante. Depuis la Renaissance, les contes font l'objet de réécritures, donnant naissance au fil des siècles à un genre écrit à part entière. Cependant, il est distinct du roman, de la nouvelle et du récit d'aventures par son rejet de la vraisemblance. Il y a donc deux pratiques du genre littéraire du conte : orale et écrite. Ces deux pratiques se différenciant par leur fonctionnement (modes de création, de diffusion...) comme par leur contenu, il convient de les distinguer. Le conte est un objet littéraire difficile à définir de par son caractère hybride et polymorphe. Le genre littéraire comme les histoires elles-mêmes font l'objet d'études convoquant des savoirs connexes, à la lumière des sciences humaines, tels que l'histoire littéraire, la sémiologie, la sociologie, l'anthropologie ou la psychanalyse. Par ailleurs, le terme de « conte » peut aussi désigner l'activité de conter, quel que soit le type d'histoires (épopée, légende, conte, histoire de vie, nouvelle…). Le conte est alors l'art du conteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:39

< ROMAN_HISTOIRES DE VIES : La notion d'histoires de vie renvoie à une pluralité de pratiques s'inscrivant dans différents champs des pratiques sociales, littéraires, personnelles, de recherche et d'intervention en sciences humaines. Cet article a pour but d'essayer de les décrire et de les situer dans les divers enjeux et débattent auxquelles elles se rattachent. Chacun d'entre nous fait de l'histoire de vie à divers moments de son existence. Tel ami qui revient d'un voyage va nous raconter sa découverte. Tel cousin rencontré à l'occasion d'une réunion de famille nous retrace le récit d'une branche peu connue. Tel homme pris en autostop entreprend de nous retracer un parcours étonnant. Ces diverses pratiques orales sont multiformes et s'enchevêtrent dans des réseaux de causes et de motifs variés dont se dégage comme dominante forte la nécessité compréhensive de trouver et de donner un sens à la série des évènements vécus par un sujet. Toujours dans le cadre d'une pratique sociale discrète, n'accédant pas encore au statut valorisé de production culturelle, on trouve la pratique éminemment personnelle, écrite cette fois, du journal intime. Certains de ces documents, comme le journal d'Anne Frank, au hasard d'une découverte ou bien de circonstances historiques exceptionnelles accèdent à l'édition. Une autre pratique écrite consiste à faire appel à un biographe, écrivain public ou conseil en écriture professionnel. Enfin, une pratique très originale, la versificulpture, consiste à faire versifier ses propres écrits ou notes par un versificulpteur. Cette spécialité a été inventée par Pascal Lefèvre, écrivain conseil® biographe, après quelques années de pratique traditionnelle de biographe professionnel. Elle permet d'obtenir un récit de vie d'une toute autre nature, beaucoup plus chargé émotionnellement que ne peut l'être un récit de vie en prose. De la biographie à l'autobiographie, comme les bios socratiques ou les vies des philosophes : Les Confessions de Saint Augustin. Les Essais de Montaigne. Les confessions de Jean-Jacques Rousseau. Un exemple d'autobiographie radicale a forte valeur historique : Les Mémoires d'un paysan bas-breton de Jean-Marie Déguignet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:40

< ROMAN_EPOPEE : Une épopée (du grec ancien ἐποποιΐα / epopoiḯa, de ἔπος/épos, « récit ou paroles d’un chant » et ποιέω/poiéô, « faire, créer » ; litt. « l’action de faire un récit ») est un long poème d’envergure nationale narrant les exploits historiques ou mythiques d’un héros ou d’un peuple. On parle également de tonalité épique, ou de registre épique, pour des œuvres non poétiques, ou des poèmes brefs dont le style et la thématique sont proches de l’épopée. Le terme d’épopée peut, par extension, renvoyer à une suite de hauts-faits militaires et à la littérature qui y est relative. On parle ainsi par exemple d’épopée napoléonienne[1]. Par extension également, un grand nombre de poèmes particulièrement longs, comme Evangéline de Longfellow ou la Divine Comédie de Dante, sont qualifiées d’épopées, bien que ne correspondant pas nécessairement aux caractéristiques traditionnelles du genre. De même, de nombreux textes, poèmes ou romans, à l’instar du Dit du Genji, ont pu être dits épiques en raison de leur dimension fondatrice ou de leur importance majeure dans la culture d’un peuple. L’épopée se rattache originellement à une tradition orale, transmise par des aèdes itinérants, griots, shamans, conteurs, bardes ou troubadours. Elle était certainement dite ou psalmodiée sur une musique monocorde, parfois chantée. D'abord retranscription de fragments récités, parfois à partir de sources différentes, elle devient par la suite un genre littéraire en soi, l’œuvre d’un seul auteur, qui continue cependant souvent à utiliser des procédés hérités de la tradition orale. On peut ainsi distinguer épopées primaires ou populaires et épopées secondaires, également dites épopées littéraires. Puisant ses sources dans l’Histoire, l’épopée s'en distingue notamment par le souci de la part de son auteur de créer une œuvre relatant des faits vraisemblables, et non pas de relater des faits réels comme l’historien. Ses relations avec la réalité historique sont donc très variables, au point que le poème épique inclut fréquemment une dimension merveilleuse, son contenu tanguant de l’Histoire au mythe et du mythe à l’Histoire. Parce que le poème épique est principalement destiné à faire l’éloge d’un peuple ou d’un héros national, se devant de surmonter maintes épreuves, guerrières comme intellectuelles, pour atteindre ses objectifs, le poète se permet de nombreux artifices, figures de style, dont l’hyperbole occupe une part importante. Ces ornements confèrent également à l’œuvre plus de vie et constituent tout son caractère poétique. La poésie épique « centrée sur la troisième personne, met fortement à contribution la fonction référentielle » du langage – c'est-à-dire qu'elle peint un monde, des événements (tandis que la poésie lyrique privilégie plutôt l’expression des émotions d’un Je, et que la poésie dramatique met en scène un dialogue, où domine le "tu"), donc que le poète n'y doit pas se mettre en avant, mais au contraire s'effacer devant son récit et les personnages qu'il met en scène. Selon Hegel, qui parle de « Bible d’un peuple », l’épopée a une forte dimension fondatrice. Elle narre un épisode « lié au monde en lui-même total d’une nation ou d’une époque », dont elle constitue « les véritables fondations de la conscience ». C'est à ce titre qu'elle se déroule sur un « sol ouvert en lui-même à des conflits entre des nations entières ». « Partout en Europe, on écrit, on cherche et on découvre des épopées, qu’il s’agisse de nouveaux ou d’anciens mythes, matières ou textes. On peut citer à titre d’exemples Don Juan de George Gordon Byron, Hermann und Dorothea de Goethe, la redécouverte de la chanson des Nibelungen, la production de l’épopée nationale finlandaise Kalevala ou encore de grands projets de roman à vision épique (la Comédie humaine de Balzac ou Voina i mir (La Guerre et la Paix) de Léon Tolstoi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:40

< ROMAN_HAGIOGRAPHIE : L'hagiographie (du grec ancien ἅγιος hagios, « saint », et γράφω graphô, « écrire ») est l'écriture de la vie et/ou de l'œuvre des saints. Pour un texte particulier, on ne parle que rarement d'« une hagiographie » (sauf dans le sens figuré), mais plutôt d'un texte hagiographique ou tout simplement d'une vie de saint. Le texte hagiographique étant destiné à être lu, soit lors de l'office des moines soit en public dans le cadre de la prédication, on lui donne souvent le nom de légende (du latin legenda, « ce qui doit être lu »). Un texte hagiographique recouvre plusieurs genres littéraires ou artistiques parmi lesquels on compte en premier lieu la vita, c'est-à-dire le récit biographique de la vie du saint. Une fresque à épisode est également une hagiographie, de même qu'une simple notice résumant la vie du bienheureux. Par rapport à une biographie, l'hagiographie est un genre littéraire qui veut mettre en avant le caractère de sainteté du personnage dont on raconte la vie. L'écrivain, l'hagiographe n'a pas d'abord une démarche d'historien, surtout lorsque le genre hagiographique s'est déployé. Aussi les hagiographies anciennes sont parsemées de passages merveilleux à l'historicité douteuse. De plus, des typologies de saints existaient au Moyen Âge, ce qui a conduit les hagiographes à se conformer à ces modèles et à faire de nombreux emprunts à des récits antérieurs. L'hagiographie fut un important genre littéraire pendant le premier millénaire du christianisme. Les textes hagiographiques donnent des informations historiques tout en les mêlant à des légendes et des récits inspirés, souvent peuplés de merveilleux : les saints en effet sont réputés faire des miracles. C'est pour cette raison qu'ils sont aujourd'hui utilisés comme des sources historiques importantes pour l'histoire de l'Antiquité tardive et du Moyen Age. Cependant, leur caractère apologétique oblige l'historien à les utiliser avec beaucoup de prudence. Le genre hagiographique apparaît dès les débuts du christianisme, mais il se développe surtout à partir du IVe siècle. Dans le domaine de langue grecque, où le genre est plus ancien et plus développé à haute époque, la Vie d'Antoine par l'évêque Athanase d'Alexandrie est un des textes les plus célèbres et les plus copiés ; les Vies des Pères du désert ont aussi exercé une forte influence. Dans le monde latin, on peut citer parmi les textes les plus anciens la Vie de Perpétue et Félicité et la Vie de saint Martin par Sulpice Sévère. Très vite, des recueils de vies de saints apparaissent, réunissant de nombreux textes : on peut mentionner les livres à la Gloire des martyrs (Liber in Gloria martyrum) et à la Gloire des confesseurs (Liber in Gloria confessorum) de Grégoire de Tours au VIe siècle. Mais le plus célèbre recueil hagiographie est probablement la Légende dorée (Legenda Aurea) de Jacques de Voragine, qui date du XIIIe siècle. D'autres recueils, inspirés par la Légende dorée, ont été largement répandus sous le nom de Flos Sanctorum (la fleur des saints), particulièrement en Catalogne. Contesté à partir du 16ème siècle en raison de la montée du protestantisme, qui refuse le culte des saints, le courant hagiographique s'est trouvé à la fois remis en cause, transformé et fortement ralenti, lorsqu’au XVIIe siècle, un groupe de jésuites, à la suite de Jean Bolland, commence une publication des vies de saints appelée Acta Sanctorum. Le travail des Bollandistes, qui fut édité en 68 volumes est le point de départ de la critique historique de l’hagiographie. C'est pourquoi les textes hagiographiques modernes sont, en général, plus soucieux de vérité historique et insistent plus sur la profondeur spirituelle, l'audace missionnaire ou caritative du personnage que sur le merveilleux. En hagiographie classique, on distingue trois principaux types de textes (on utilise dans ce cas les termes latins correspondants) : Ø Une vita est un texte exposant la vie d'un saint. La plus ancienne vie d'un saint est en général appelée vita prima. Ø Un recueil de miracula (mot pluriel) rapporte les miracles accomplis par un saint, en particulier les guérisons censées s'être déroulées sur sa tombe. Ø Une passio rapporte la manière dont un saint martyr a été exécuté ou tué, c'est-à-dire sa passion. // L’œuvre généralement retenue comme étant la plus ancienne épopée à avoir été écrite est intitulée l’Épopée de Gilgamesh. Elle aurait été écrite entre les XVIIIe siècle av. J.‑C. et XVIIe siècle av. J.‑C. en akkadien, à partir de récits légendaires sumériens et babyloniens mettant en scène le roi Gilgamesh d’Uruk. L’histoire de cette épopée illustre parfaitement la volonté originelle d’immortaliser des récits oraux en les fixant, puisque des exemplaires en ont été retrouvés traduits en hittite et en hourrite dans un espace particulièrement large regroupant la Mésopotamie, l’Anatolie et la Syrie. Particulièrement longue, l’Épopée de Gilgamesh trouve son origine dans des mythes divers et variés, issus de nations différentes. Si elle se présente davantage comme la quête d’un héros poussé par des intérêts égoïstes, elle revêt un symbolisme très important, présentant peut-être une épopée de tout un chacun, à portée plus universelle que nationale, sous-tendue par une volonté didactique, celle de montrer que l’homme peut puiser en soi une énergie surhumaine, tout en se devant de prendre conscience de ses limites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:40

< ROMAN_NOUVELLE FICTION : La nouvelle fiction est un genre littéraire signalé dans l'essai du critique Jean-Luc Moreau, La nouvelle fiction, publié en 1992. Les romanciers français se réclamant de ce mouvement littéraire sont principalement Frédérick Tristan (prix Goncourt 1983), Jean Levi, Marc Petit, François Coupry, Hubert Haddad, Francis Berthelot et Georges-Olivier Châteaureynaud (prix Renaudot 1982). Ces écrivains poussent au dernier degré la suspension consentie de l'incrédulité, à savoir qu'ils n'hésitent pas à exagérer le côté irréel des faits narrés pour servir un but romanesque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:41

< ROMAN_CYBERPUNK : Le cyberpunk est un sous-genre de la science-fiction décrivant un monde dystopique et dont l'origine remonte au début des années 1980. Il a depuis essaimé ses thématiques dans de nombreux média, notamment dans la bande dessinée, le cinéma, la musique, les jeux vidéo et les jeux de rôle. Les sous-genres Postcyberpunk et Biopunk en sont des spécialisations. Le « Cyberpunk » est un confluent et conflit des thématiques du hacker, de l'intelligence artificielle et des multinationales se déroulant la plupart du temps dans un futur proche sur Terre ; en opposition avec les récits de science-fiction se déroulant dans une perspective plus large : voyages dans l'espace, découverte de nouveaux espaces, conflits mettant en jeu l'univers connu et inconnu... Le lieu où l'histoire se déroule possède des caractères dystopiques, « punk », en ce sens que les personnages faisant leur possible pour se débrouiller dans un univers désorganisé, où le futur est déjà passé, se retrouvant dans la zone d'incertitude séparant une « presque-apocalypse » et l'univers post-apocalyptique, voient leurs actions se heurter à des intérêts inamovibles, impalpables. L'assimilation du terme « punk » est aussi induite par le slogan de ce mouvement « No Future ! » et par son esthétique à la fois familière et particulièrement agressive (en particulier celle de la branche dite « néo-punk » comprenant notamment le mohawk, la coupe « iroquois »). L'implication politique anarchiste vaut surtout par son opposition à l'organisation des pouvoirs totalement dépourvue d'éthique, très fortement dénoncée et la plupart du temps combattue. Le Cyberpunk prend ainsi la relève du sous-genre « post-nuke » (post-apocalyptique) au moment même où prend fin la guerre froide et où tombe le mur de Berlin. La peur d'une apocalypse nucléaire est remplacée par celle des OGM, du clonage humain, des toutes informatiques, des rapprochements entre le réel et le virtuel et des déviances dans lesquelles le capitalisme fou entraîne les progrès de la science. Plastiquement, des œuvres comme Mad Max ou RanXerox placent ces nouvelles thématiques dans un univers naturel ou urbain totalement ravagé et assurent ainsi la transition en douceur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:41

< ROMAN_POSTCYBERPUNK : Le postcyberpunk décrit un genre de science-fiction censé avoir émergé du mouvement cyberpunk. Tout comme son prédécesseur, le postcyberpunk se concentre sur les développements technologiques dans des sociétés du futur proche, typiquement en examinant les impacts sociaux de la télécommunication tous azimuts, de la génétique et de la nanotechnologie. À la différence du cyberpunk « classique », cependant, les œuvres postcyberpunk mettent en scène des personnages qui essaient d’améliorer les conditions sociales ou au moins d’empêcher les choses d’empirer. Durant les années 90, certains artistes du monde de l'art performance tels que Stelarc, Eduardo Kac, Orlan, Zhu Yu ou André Éric Létourneau ont fait sortir ces paradigmes du monde livresque et cinématographique. Le terme « postcyberpunk » a été utilisé pour la première fois aux alentours de 1991 pour décrire le roman de science-fiction de Neal Stephenson Le Samouraï virtuel (Snow Crash). Lawrence Person arguait que ce terme devrait être appliqué à un genre émergent, qu’il a entrepris d’identifier. En 1998, il publia un article appelé Notes pour un manifeste postcyberpunk (en) dans le magazine à faible tirage Nova Express ; l’année suivante, il signalait l’article au fameux site Web Slashdot. L'article identifiait l'émergence d'un courant postcyberpunk à l'évolution du genre de science-fiction cyberpunk, populaire à la fin des années 1970 et durant les années 1980, et caractérisé par des films tels que Blade Runner et des œuvres telles que le roman de William Gibson Neuromancien. Comme ses prédécesseurs, le postcyberpunk décrit un futur proche réaliste plutôt que des futurs lointains se déroulant dans l'espace. L'attention est portée sur les effets sociaux de la technologie déployée sur Terre plutôt que sur les voyages dans l'espace. On peut affirmer que le postcyberpunk est différent du cyberpunk par les éléments suivants : Ø le cyberpunk traite typiquement de solitaires dépendant au sein d'une dystopie. Le postcyberpunk tend à traiter des personnes qui sont plus impliquées dans la société et qui agissent pour défendre un ordre social existant ou pour créer une meilleure société. Ø Avec le cyberpunk, les effets aliénants de la nouvelle technologie sont mis en exergue, tandis qu'avec le postcyberpunk, la technologie est la société (incluant plus de thèmes technocratiques et relatifs au revers de la médaille de la technologie que le cyberpunk). // On peut aussi caractériser le postcyperpunk par les points suivants : Ø Une description plus réaliste des ordinateurs, consistant par exemple à substituer la réalité virtuelle classique en cyberpunk par un super réseau de voix/audio/vidéo/holographie basé sur Internet. Ø L'abandon des implants métalliques au profit de modifications du corps recourant à la biotechnologie. // Le postcyberpunk a probablement émergé du fait que les auteurs de science-fiction et la population en général ont commencé à utiliser les ordinateurs, Internet, les PDA pour eux-mêmes, sans souffrir de la fracture numérique massive prédite dans les années 1970 et 1980.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:41

< ROMAN_BIOPUNK : Biopunk est un néologisme, né de la contraction entre Biotechnologie et Cyberpunk. Le « Siècle Biotech » dont parlait Jeremy Rifkin (1998) est à présent le nôtre. Les technologies du vivant sont amenées à prendre une importance grandissante au cours des prochaines décennies, tant dans les vies individuelles que dans les choix de société. Clonage et transgénèse sont la partie émergée d’un ensemble de pratiques naissantes, amenées à se perfectionner, se diversifier, et répondre à des demandes de plus en plus nombreuses, malgré, pour l’instant, la frilosité ambiante. Cette dernière ne résistera pas longtemps à l’avancée de la technoscience, mélange de logique scientifique, de réponse à une demande, et d’impératifs économiques. Loin de s’en attrister, certains l’acceptent, et commencent à s’approprier le monde de demain. De même que l’information, et l’informatique, constituèrent les sciences et techniques dominantes de la seconde moitié du XXe siècle, et descendirent au niveau de la rue avec les contre-cultures « cyber », les biotechnologies sont la révolution technologique, philosophique, et artistique majeure du XXIe siècle, dont certaines avant-gardes s’emparent déjà. Même balbutiante, l’ingénierie génétique a trouvé ses premiers hackers. Les enfants des cyberpunks continuent le combat, et si le paradigme a changé, l’idée est la même : scientifique dans la pratique, punk dans l’âme. Les mordus d’ADN remplacent les amateurs de silicium, les générations roulent ; nous sommes à l’ère des biopunks.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:41

< ROMAN_STEAMPUNK : Le steampunk est au départ un genre littéraire. C'est à l'origine un sous-genre de la science-fiction uchronique, dont l'intitulé a été forgé par allusion au cyberpunk par l'auteur K. W. Jeter à titre de boutade. Pour cette raison, il est parfois plus approprié de parler de "rétrofuturisme" pour désigner le mouvement. L'expression steampunk, qui signifie littéralement punk à vapeur, souvent traduite par futur à vapeur, est un terme inventé pour qualifier un genre de la littérature de science-fiction né à la fin du XIXe siècle, dont l'action se déroule dans l'atmosphère de la société industrielle du XIXe siècle. Le terme fait référence à l'utilisation massive des machines à vapeur au début de la révolution industrielle puis à l'époque victorienne. Mais le style steampunk quitta rapidement la seule sphère de la littérature pour s'étendre à d'autres domaines de création et d'expression et devenir un fandom autonome. À l'origine, le steampunk est un genre littéraire dont Jules Verne, Albert Robida ou H. G. Wells fournissent les caractéristiques et l'esthétique de l'univers d'expression à travers leurs romans ou les adaptations cinématographiques qui en ont été faites : Vingt mille lieues sous les mers de Richard Fleischer (1954), Aventures extraordinaires de Vynalez Zkazy et Karel Zeman(1957) ou La Machine à explorer le temps de George Pal (1960). L'univers des époques victorienne et édouardienne (Édouard VII ayant été qualifié de last victorian king par l'historien britannique Christopher Hibbert) d'avant la Première Guerre mondiale reste l'un des décors favoris du genre. Par extension sont assimilés au genre du steampunk les récits qui se déroulent soit dans le futur, soit dans un présent uchronique alternatif — où apparaissent des personnages historiques ayant réellement existé —, quand leur décor rappelle le design de l'environnement industriel du XIXe siècle ou que la société qu'ils décrivent ressemble à celle de l'époque édouardienne, socialement très rigide et cloisonnée, comme dans Les Chemins de l'espace de Colin Greenland (1993). Sous-genre de la SF, les œuvres steampunks relèvent aussi de l'aventure et du roman policier - voire du western comme Wild, Wild West. Pour les distinguer du récit où interviennent des éléments relevant du Fantastique, les critiques utilisent le terme de Gaslight Fantasy, genre dans lequel s'illustrent notamment Anne Rice et le Français Fabrice Bourland. Le steampunk recoupe fréquemment d'autres genres référentiels de la SF comme le voyage temporel, l'uchronie (décalage temporel et histoire alternative) et les univers parallèles. Cet aspect uchronique canonique a valu aux œuvres de SF steampunks les labels de « chroniques du futur antérieur » ou de « rétrofutur » chez les fans du genre. Une des principales différences entre le steampunk et la science-fiction des auteurs d'anticipation du XIXe siècle comme Albert Robida — qualifiée de proto-steampunk par les puristes — réside dans la présence d'éléments anachroniques plus tardifs comme les ordinateurs ou les manipulations génétiques qui n'existaient évidemment pas à l'époque. Le steampunk se distingue aussi par son humour, bien des auteurs — K. W. Jeter, qui porta le genre sur ses fonds baptismaux, en tête — considérant le genre comme un jeu littéraire font tout en clins d'œil aux pères de la science-fiction, du roman fantastique et du roman d'aventures extraordinaires — pour reprendre le titre de la fabuleuse collection des œuvres de Jules Verne —.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:42

< ROMAN_SPACE OPERA : Le space opera ou opéra de l'espace est un sous-genre de la science-fiction caractérisé par des histoires d'aventure épiques ou dramatiques se déroulant dans un cadre géopolitique complexe. Suivant les œuvres, le space opera rime avec exploration spatiale à grande échelle, guerres ou rigueur dans le réalisme scientifique. Apparu formellement au début des années 1940 le genre devient très populaire à partir des années 1960 et 1970 avec notamment Star Trek et Star Wars. Les récits de space opera ont pour caractéristique commune de se dérouler à une échelle interplanétaire (allant jusqu'à l'échelle de l'univers), ce qui a pour effet de magnifier les enjeux des thématiques abordées par le récit de science-fiction : l'avenir de l'espèce humaine, les rencontres avec des espèces extraterrestres, les enjeux politiques (conflits entre des entités à l'échelle galactique), l'écologie (Dune)... Les autres effets du space opera sont que les personnages peuvent paraître par comparaison encore plus infimes, que de nouvelles explorations sont possibles que ce soit en territoires explorables ou en découvertes de sociétés jusqu'à présent en autarcie. Un space opera se déroule habituellement dans l'espace ou sur une (ou plusieurs) planète(s) distante(s). Le réalisme du récit varie considérablement d'une œuvre à l'autre ; souvent, pour les besoins de la narration, les lois de la physique sont suspendues : des sons se propagent dans le vide spatial tels que les bruits d'explosions ou de réacteurs de vaisseaux dans Star Wars par exemple, où l'on constate par ailleurs d'autres improbabilités, quasi-majorité des planètes habitables par l'homme, méconnaissance des décalages temporels énormes dus à la relativité qui empêcheraient toute concomitance entre des systèmes planétaires aussi éloignés. A contrario, certains auteurs de space opera s'efforcent de rendre leurs récits plus crédibles en y intégrant des éléments scientifiquement avérés, ou bien en anticipant l'usage de technologies qui font l'objet de débats ou de spéculations dans les milieux scientifiques : sphères de Dyson, téléportation... Rallier deux points de l'espace plus vite que la lumière pourrait par exemple être rendu possible par l'exploitation, aujourd'hui toute théorique, du phénomène des trous de ver ou bien encore dans le cadre la théorie de l'espace et du temps du physicien allemand Burkhard Heim qui prédit la possibilité de convertir l'énergie électromagnétique en énergie gravitationnelle. Parfois même on rencontre dans un space opera des technologies émergentes dont on peut raisonnablement estimer qu'elles sont appelées à se développer et se banaliser (exemple : les nanotechnologies dont de multiples applications sont couramment utilisées par les personnages du roman L'Aube de la nuit).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:42

< ROMAN_FANTASY : La fantasy (issu de l’anglais fantasy : « imagination », à ne pas confondre avec la fantaisie musicale, ou de l'allemand Phantasie) ou fantasie est un genre littéraire présentant un ou plusieurs éléments irrationnels qui relèvent généralement d'un aspect mythique et qui sont souvent incarnés par l’irruption ou l’utilisation de la magie. La fantasy fait partie des littératures de l'imaginaire. Dans la fantasy comme dans le merveilleux, le surnaturel est généralement accepté, voire utilisé pour définir les règles d'un monde imaginaire, et n'est pas nécessairement objet de doute ou de peur. Cela distingue la fantasy du fantastique où le surnaturel fait intrusion dans les règles du monde habituel, et de l'horreur où il suscite peur et angoisse. Par extension à partir du genre littéraire, on parle aussi de fantasy à propos d'illustrations, de bandes dessinées, de films, de jeux, etc. Le Journal officiel du 23 décembre 2007 a adopté le nom féminin « fantasie » comme équivalent de l’anglais fantasy, en la définissant de la manière suivante : « genre situé à la croisée du merveilleux et du fantastique, qui prend ses sources dans l’histoire, les mythes, les contes et la science-fiction ». En pratique, le mot anglais reste le plus utilisé, aux côtés de termes français recouvrant des domaines voisins mais non identiques, en particulier le merveilleux. dans son acception actuelle, le terme fantasy serait apparu pour la première fois aux États-Unis avec la revue The Magazine of Fantasy en 1949. Employé d'abord dans le domaine littéraire, il s'est étendu par la suite aux arts picturaux, au cinéma, aux jeux (jeu de rôle et jeu vidéo notamment) et à la musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:42

< ROMAN_HORREUR : L'horreur est un genre littéraire (considéré comme un sous-genre du fantastique en France mais reconnu comme un genre à part entière dans les pays anglo-saxons sous le nom d'Horror Fiction) s'inscrivant dans le registre de la peur. Ce genre met souvent en scène des phénomènes surnaturels (et des créatures à l'avenant : vampires, fantômes, loup-garous et autres monstres). Le roman d'horreur cherche à susciter chez le lecteur l'angoisse et l'effroi, ou à tout le moins à le mettre mal à l'aise (l'inquiétante étrangeté par laquelle on a parfois cherché à définir le fantastique est ici exacerbée). Le roman d'horreur étant considéré comme un sous-genre du roman fantastique ou les deux genres étant assimilés suivant les pays, beaucoup d'auteurs et de romans importants pour ce dernier genre le sont aussi pour le roman d'horreur, à commencer par Edgar Allan Poe. Ceci dit, le roman d'horreur a une histoire qui lui est propre, brièvement résumée ici. On peut considérer que certains contes « pour enfant » (Hansel et Gretel par exemple) sont les premiers récits d'horreur. Il ne faut pas oublier que les premières versions des contes (dont la tradition orale nous donne une idée) ont été fortement édulcorées (au 17ème et 18ème siècle) par ceux qui ont fait la célébrité du genre, comme Charles Perrault ou les frères Grimm, afin précisèment d'être adaptés au public enfantin (qui n'était pas forcément le public visé à l'origine). Au 19ème siècle, Horace Walpole lance le roman gothique dont les thèmes de prédilection (le décor : château isolé dans un paysage hostile, ruines, souterrains ; les personnages : jeunes filles en détresse, apparitions) vont longtemps perdurer dans le genre. Si certains romans gothiques fournissent une explication rationnelle des événements à la fin, d'autres sont ostensiblement fantastiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
aaabc

avatar

Nombre de messages : 2158
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   Mer 28 Nov à 0:43

< ROMAN_GHOST STORIES : Les histoires de fantôme sont un sous-genre du fantastique. Dans ces histoires, le fantôme est souvent le héros et a une personnalité et une identité bien à lui. Cela peut aussi être des histoires centrées uniquement sur les fantômes et/ou les morts. Comme son nom l'indique, ce genre (analogue au roman gothique en plus policé) est d'origine anglaise, ce qui détermine toutes les caractéristiques thématiques du genre (tonalité : accent mis sur la psychologie ; décor : manoir victorien).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amoreutopia.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les différents genre de roman   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les différents genre de roman
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une petite explication des différents type de Métal pour les novices !!!
» Tournevis : les différents types en image
» Les différents types de réservoirs
» Les différents ressorts, amortisseurs, combinés filtés...
» Différents diamètres de filtres à huile bialbero

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.:: Maxeric's Forum ::. :: Forums Culture :: Littérature-
Sauter vers: